Lord Skanda-Murugan
 

Kumara Guru Dasa Swamigal or Pamban Swamigal 1848-1929 (22850 bytes)
name in Tamil
Pāmban Srimat Kumāragurudāsa Swāmigal
(1848-1929)

Pamban Swamigal

Sa Vie et ses Enseignements

Par: VN Soundararajan
Dessins: Srinivasan
Appavu Research Foundation, Chennai, Inde

See Pamban Swami article in English or in Tamil.


En 1848, un enfant naissait dans une famille Saivite dans le village appelé Pamban, district de Rameswaran. L'enfant fut appelé Appavu mais fut connu plus tard sous le nom de Pamban Swami depuis qu'il avait vécu et quitté sa famille à l'Ile de Pamban. Un médium avait prédit qu'Appavu serait un grand homme de lettre et de sagesse. Durant sa scolarité, Appavu était un très bon élève dans les différentes matières enseignées et dans d'autres activités, il avait notamment un excellent niveau en Tamoul et en Anglais.

A l'aage de 13 ans,un vendredi au lever du jour, Appavu eut une vision qui lui dictait d'écrire des poèmes sur Lord Kumaraguru, ce qu'il fit immédiatement sur une feuille de palme à l'aide d'un crayon taillé dans de la noix de coco. Il écrivit un poème chaque jour avant son déjeuner ceci durant 100 jours et finissant cette décade avec son gourou manasika appelé Arunagiri Nathar. Après avoir lu ces poèmes, Seddu Madhava Iyer, prêtre d'un temple, fut emmerveillé par la connaissance en Tamoul du jeune garcon et sa foi dans Lord Murugan. Plus tard il fut donné à Appavu upadesam avec le mantra au six lettres saintes ceci le jour de Vijaya Dasami au temple du front de mer Ramaswaram et il fut habilité à lire le Sanskrit de Seddu Madhave Iyer.

Vu que Pamban Swami s'intéressait à la vie spirituelle depuis son plus jeune aage, ses parents et son gourou Seddu Madhava Iyer furent amenés à le marier rapidement dans l'année 1878. Le nom de sa femme était Kalimuthami. Ils eurent un garcon et deux filles. Même après son mariage Pamban Swami eut une vie de
Appavu receives upadesam from Seddu Madhava Iyer (7 kb)
Appavu receives upadesam at Agni Tīrtham near Rameswaram temple
saint homme, faisant des poujas et des prières la plupart du temps. Après la mort de son père, Pamban Swami s'occupa de l'entreprise familiale. Il gagna plusieurs procès ceci en rapport avec son entreprise et ceci par la graace de Lord Murugan.

Pamban Swami and wife pray for their sick daughter [11k]
Pamban Swami and wife pray for their sick daughter

Une nuit, la fille de Pamban Swami, malade, était en train de pleurer. Sa mère demanda à Pamban Swami de lui donner vibhuti pour l'enfant en pleurs mais Pamban Swami refusa de faire ainsi et demanda à sa femme de prier Lord Murugan et lui demander son aide. Il commenca sa méditation pour Lord Murugan. Sa femme fit ce qu'il lui avait conseillé. Après un moment, Pamban Swami s'aperçu que l'enfant ne pleurait plus et la trouva endormie profondément. Quand il interrogea la mère de l'enfant sur ce changement, elle lui répondit que après sa prière à Lord Murugan, une figure sainte est apparue dans la maison, appliqua vibhuti sur l'enfant et parti. A partir de cet instant, l'enfant fut guérie. Il eut le sentiment que Lord Murugan vint en personne et l'aida dans sa requète.

Un jour, un ami de Pamban Swami l'informa qu'il allait se rendre à Palani, la montagne du temple sacré. Pamban Swami voulait lui aussi aller à Palani et il quitta sa vie de famille sans les informer de son départ. Quand son ami lui demanda si il avait la permission de son dieu, il repondit par l'affirmative et menti à son ami. Le même jour, Lord Palani Murugan lui apparu affichant un visage souriant et lui dit:

« Si je voulais ta présence sur la montagne, j'aurais pu le faire facilement. Tu n'as aucune raison de mentir. Je t'appelerai quand le jour viendra. Tu dois rester là sans avoir aucune attache. » Ensuite il lui demanda de promettre qu'il n'irait pas à Palani sans sa permission. Pour honorer sa parole, Pamba Swami n'alla jamais à Palani avant la fin de ses jours. Pamban Swami renonca aussi au goūt du citron, du sel et des épices. Il s'habitua à ne prendre uniquement du riz blanc accompagné de lentilles vertes et de beurre clarifié (ghee). Il avait l'habitude de ne prendre qu'un seul repas par jour et ceci avant midi. S'il manquait l'heure du repas, il ne prennait sa nourriture que le jour suivant.

En 1891, Pamban Swami écrivit Shanmuga Kavacam, un extraordinaire hymne de 30 vers composés pour les fidèles de Lord Murugan, afin de les protéger des maladies du corps et de l'aame mais aussi pour les protéger contre les ennemis, les bêtes sauvages, les créatures empoisonnées, les démons, les diables et les insectes qui piquent. Plusieurs cas prouvent que ces versets Shanmuga Kavacam sont effectif dans le respect. Si vous les recitez avec votre coeur et votre aame à Lord Murugan, le résultat ne se fera pas attendre et sera miraculeux.
Pamban Swami accepts sandals from shoemaker who was ordered in a dream
Pamban Swami accepts sandals from the shoemaker who was ordered by Murugan in a dream to make them.

Une autre fois en 1891, Pamban Swami composa Pancamrita Varnam. Lord Murugan lui-même dit à une vieille femme à Tiruchendur que « Je serais présent physiquement partout où cette chanson sera chantée sur une note agréable ». Si une personne fait un puja dans son coeur en récitant ce poème, cela équivaut à faire Abhisekam et un puja.

Une fois, Pamban Swami était sur un sentier broussailleux, il marcha sur une épine qui pénétra dans son pied. La douleur terrible fit venir a Pamban Swami les larmes aux yeux et il se mit à prier Dieu. La même nuit, Lord Murugan apparu dans les rêves d'un cordonnier habitant dans le village d'à cōté et l'informa de faire et de donner une paire de chaussures à Pamban Swami. Le jour suivant, lors de son trajet pour le village, le cordonnier vint à lui avec la paire de chaussures en lui expliquant que Lord Murugan vint dans ses rêves et lui donna des instructions pour faire une paire de chaussures pour Pamban Swami. Ce dernier était très heureux et remercia Lord Murugan de la gentillesse qu'il manifestait pour ses fidèles.

Pamban Swami, malade en raison d'une crise de diarrhée, s'évanouit et tomba sur le sol. Sa femme s'évanouit à la vue de son mari ainsi. Alors Lord Murugan apparu dans leur maison et la tapa avec un baton, ceci la réveillant, il lui dit alors : «Ne t'inquiètes pas. Il va aller mieux. Applique vibhuti sur son corps et dit : Je ne te quitterais jamais. » Mais la femme de Pamban Swami etait apeurée de toucher vibhuti car elle était pendant son cycle de menstruations. Lord Bala Murugan lui dit alors : « Il n'y a pas d'interdiction devant l'urgence ». Elle fit ce qu ‘il lui fut demandé. Immédiatement Pamban Swami fut guéri.

Un jour, quelqu'un dit à Pamban Swami qu'un poète était en train d'écrire une chanson composée de 100 vers mais qui était incomplète depuis les deux derniers mois. Après avoir entendu ceci, Pamban Swami décida qu'il composerait une chanson similaire à celle-ci. Alors il commenca sa composition, et finit 125 vers en moins d'une heure. Jusqu'à ce jour, aucun poète ou saint n'a réussi à faire un similaire exploit. Le poème est appelé Tiruvorumalai Komangan. Le premier vers de quatre lignes consiste en 64 mots par ligne avec un total de 256 mots. Pamban Swami composa les 124 vers restant sans ajouter aucun autres mots. Il dit alors qu'avec une aide divine, tout est possible. Pamban Swamigal

Durant une visite à Kanchipuram, dans le Tamil Nadu, Pamban Swami ne put pas visiter Kumarakottam, le fameux temple dédié à Lord Murugan de cette ville. Sur le chemin du retour, Lord Murugan lui apparu sous la forme d'un homme de 30 ans vétu d'un turban et lui demanda si il avait visité Kumarakottam, endroit où Kanda Puranam fut composé par le prêtre du temple Kanchiappa Sivachariyar. Il emmena Pamban Swami près du temple et disparu. Après les pujas, Pamba Swami était très heureux de la grace qui lui fut accordé par Lord Murugan. Dans la gare, le train fut retardé en raison de quelques erreurs, alors qu'il ne faisait qu'attendre Swami, le train alors put commencer son trajet sans retard aucun.

Au cours de l'année 1894, à Peerapan Valsai, près de Ramanad dans le Tamil Nadu, Pamban Swami était déterminé à recevoir upadesam de Lord Kumara Palani Andi lui-même et de personne d'autre. Il obtint alors la permission d'un officier du gouvernement pour creuser un trou dans un cimetière d'une dimension de 3'x 3' x 3' et de le munir d'un verrou et d'une clé afin d ‘en fermer l'ouverture. Avant de commencer sa méditation, il demanda à ses disciples d'avoir foi en Dieu. Parce que plusieurs événements pértubants eurent lieu dans cette parcelle de terre.

Pamban Swami has darshan of Murugan and two rishis
Pamban Swami has darshan of Murugan and two rishis

Un jour, un grand démon essaya d'attraper Pamban Swami mais par la force de son Dandam, le démon disparu. Durant la septième nuit une voix commanda à Pamban Swami de se réveiller. Il répondit qu'à moins que ce ne soit Lord Paladi Andi lui-même il ne se réveillerait pas même si il avait à mourrir. Une fois de plus, la voix dit : « Ton Dieu viens pour te voir. Ouvres les yeux ». Pamban Swami était très heureux de voir Lord Murugan incarné sous la forme de Palani Andi avec un dandam dans une main et son autre main en chin mudra accompagnée de deux rishis. Avec une contenance souriante Palani Andi s'approcha et prononca un « simple mot » (oru mozhi) upadesam dans l'oreille droite de Pamban Swami. Après ça, ils partirent, marchant vers l'Ouest et s'évaporèrent dans la nature. Sans se réveiller au son de ce seul mot, Pamban Swami fut très content et continua sa méditation durant 28 jours sans nourriture, sans eau et sans sommeil.

Au 35ième jour, une fois de plus, une voix se fit entendre et lui ordonna de « Sortir de son lieu de méditation ». Une fois encore Pamban Swami répondit qu'il pourrait sortir uniquement si son seigneur lui demande. La voix dit : « C'est moi ». Tout de suite Pamban Swami sorti de son abri et vit Citra Poornima, la pleine lune dans le ciel. Il portait un vétement d'une seule pièce comme un Patanatar ou un andi. Plus tard, ses fidéles lui demandèrent de porter deux pièces de tissu blanc : une autour de la taille et l'autre par dessus l'épaule.

Pamban Swami était content de garder le silence mais d'autres voulaient l'entendre parler de son expérience. Même de nos jours, la lampe à huile qu'utilisait Pamban Swami dans son lieu de méditation est conservée dans la ville de Ramanad par ses fidèles.

En 1895, Pamban Swami prit Sannyasa et quitta le village de Pamban. Un jour, Lord Murugan apparu dans ses rèves et lui demanda de se rendre à Madras (Chennai). Pamban Swami était hésitant du fait qu'il ne connaissait personne à Madras.
Pamban Swamigal arrives in Madras
A cartman takes Pamban Swamigal to Mrs. Bangaru Ammal in St. Georgetown
Toutefois, il accepta la décision de son seigneur et parti pour Madras en train.

Lors de son arrivée dans la gare de Egmore à Madras, un chauffeur de cart vint à Pamban Swami et lui demanda se s'asseoir dans son cart. Sans dire un mot, Pamban Swami s'assit dans le jakta. Le chauffeur le conduisit jusqu'à St. George Town dans une maison située au numero 41 de la rue Vaithiyanath Mudali. Pamba Swami descendit du jakta et fut accueilli par une vieille dame Mme Banguru Ammal. Elle vint à lui et lui expliqua son rève de la nuit précédente: Lord Murugan lui dit qu'un saint viendrait jusqu'à sa maison et qu'elle devrait lui offrir la nourriture et le logement. Pamban Swami accepta l'invitation et resta chez cette dame pour quelques temps.

Durant l'année 1896, Pamban Swani se rendit à Chidambaram et rédigea un upanishad connu sous le nom de Thagaralaya Rahasiyam. Lord Guha vit dans le coeur de chaque personne sous la forme d'une d'une petite lumière. Pamban Swami donne des exemples tirés des Vedas, agamas, upanishads, Tevaram, Tiruppukazh et d'autres sources scripturales. Il écrivit aussi deux livres connu sous le nom de Tiropa et Paripuranat Boothan. Dans ce livre, Pamban Swami fourni des citations des 108 upanishads.

Pamban Swami est le seul saint qui composa 50 poèmes sur Lord Murugan en pur Tamoul sans utiliser un seul mot appartenant à une autre langue que le Tamoul ceci en raison de son amour pour le Tamoul. Pamba Swami dit une fois que toute personne parlant un Sanskrit ou un Tamoul incorrect était son ennemi. Les deux langues sacrées sont considerées comme deux yeux. On ne peut pas en n'avoir qu'un et laisser de cōté l'autre si on veut une connaissance complète du monde spirituel.

Concernant la visite de Pamba Swami à Varanasi, Il sejourna à Kumara Guru Mutt. Pamban Swami écrivit qu'il était très heureux de rester dans ce fameux hashram. Un jour, le responsable de l'hashram lui offrit un kavi en prennant sa pièce de tissu blanche qui lui servait d'habit et lui demanda de le porter. Pamban Swami fut d'un premier abord hésitant mais après réflexion le prit en le considérant comme un voeu de son dieu qu'à partir de ce jour il porterait que cet habit kavi constitué de deux pieces de tissu.
Miraculous annadanam (9,891 bytes)
The miraculous Shasti Pūja annadānam.

Un jour, durant un Shasti Puja, lors de la présence de Pamban Swami, les fidèles avaient cuisinés du riz pour cent personnes. Mais le plat de riz n'arretait pas de donner assez de nourriture pour nourrir presque quatre cents personnes. La demande était tellement grande, que l'on avait du re-cuisiner les autres plats comme les légumes, les sauce Sambar et Rasam trois fois et le plat de riz ne désemplissait pas. De tels miracles étaient très communs dans la vie de Pamban Swami.

Pendant qu'il était à Madras, Pamban Swami eut une prémonition concernant la mort de sa mère et de son fils ainé. Avant que le télégramme n'arrive, Pamban Swami donna des instructions afin que personne ne le dérange car il était un sannyasi, un homme sans famille ni lien.

Un jour, à Pinathor, près de Chidambaram, les Vainavas voulurent tuer Pamban Swami et essayèrent de le faire par le biais de la magie noire. Quand le demon s'approcha de lui, Pamban Swami lui dit: « Je n'ai rien fait de mal. Retourne vers la personne qui a fait quelque chose de mal. » Le jour suivant, il entendit dire qu'un Vainava mourrut soudainement.

Pendant sept années, Swamiji intenta plusieurs actions en justice contre des personnes publiant des données erronées sur Siva et Saivites. Il gagna chaque affaire ceci avec l'aide de Lord Murugan. Les recherches sur ces Vainavas connu sous le nom de Nalayirā Prabandha Vicaram et Siva Samaya Sarabam furent publiées par Pamban Swami. Les Vainavas achetèrent la totalite des 500 copies et les brulèrent ceci en raison de leur mauvaises intentions.

IEn decembre 1923, Pamban Swami fut victime d'un accident de la circulation dans la rue Thumby Chetty à Madras. Il fut renversé par un jatka et sa cheville droite fut cassée. Admis au General Hospital, les médecins qui l'examinèrent , arrivèrent à la conclusion qu'il fallait procéder à une amputation du membre. Pamban Swami ne faisait rien d'autre que prier et dit : « Laissons les faire ce qu'ils veulent faire ».

A l'annonce de cette nouvelle, seul Chinaswami Jothidar qui avait une foi inconditionnelle dans le poème Shanmuga KavacamShanmuga Kavacam dans la cheville cassée de Pamban Swami. Miraculeusement, la jambe fut guérie à l'hopital. Même les médecins anglais présents furent extrèmement surpris de cette guérison et la qualifièrent de graace divine.

Durant le 11ième jour, Pamban Swami vit deux paons danser à cōté de lui et il vit aussi Lord Murugan, sous la forme d'un enfant , couché près de son lit. Ceci lui rappelant le jour où il disait à ses disciples du Maha Tejo Mandal Sabhai de croire en Lord Murugan et de faire Mayuravahana Sevana Vizha scrupuleusement. La vie de Pamban Swami prouve ceci : « Velum Mayilum Thunai » n'est pas uniquement un proverbe, cela aide réellement les fidèles dévoués qui sont dans le besoin.

Pamban Swami breathes his last at Tiruvanmiyur
Pamban Swami breathes his last at Tiruvanmiyur seashore, but his thoughts are on Palani Murugan (above right). Below: original photo of Pamban Swamigal at the time of his samādhi
Photo of Pamban Swami at time of his samadhi

Un jour Pamban Swami appela Chinnaswami Jothidar pour chercher un lopin de terre à Thiruvanmiyur car ses derniers jours étaient proches. Pamban Swami marqua, à l'aide de sa jambe, les délimitations du terrain à acheter et toutes les formalités furent faites. Le 30 Mai 1929 à 7h15 du matin, Pamban Swami appela ses fidèles et les conseilla de croire en Lord Murugan. Il prit ensuite une profonde inspiration, la retint dans son estomac et entra dans l'état Samadhi.

Pamban Swami croyait en un dieu Siva le Para Brahman et Subrahmanya qui est une part de Siva et vient de Siva. Il clarifia ceci dans son livre Subrahmanya Veyasam. Pamban Swami eut le nom de « Kumara Guru Dasa Swamigal » en raison de son profond amour pour Palani Murugan. Son professeur de Sanskrit le nomma comme Kumara Guru et l'appela aussi Pamban Swamigal car Pamban Swami vécu et quitta sa famille dans l'Ile de Pamban.

Le nom complet de Pamban Swami est Atiyaserma Sudha Vithiga Saiva Siddhanta Ganabanu, qui veut dire Pamban Swami est plein de sayasi. Il fut un fidèle de la philosophie de Suddha Advaita Saivam. Il était un sannyasi respectait le suddha advaita à la manière du Vaithega de Saiva Siddhanta dans le Dasa Marga.

Durant toute sa vie Pamban Swami écrivit 6,666 poèmes, 32 viyasams et 1,000 noms de Lord Murugan. Celui qui lit son hymne à Gnanamurtham en bénéficie dans les deux mondes. Il composa des poèmes sur Lord Kumara dans plus de 130 diffèrentes formes au sens de la grammaire Tamoul. Pamban Swami préférait toujours faire des akā pujas silencieux plutot que des pujas accompagnés de paroles.


Glossaire

A

Abhi Sekam : Offrandes faites aux idoles dans le temple. Du lait, du yaourt, du beurre clarifié (ghee), du sucre et du miel ainsi que des guirlandes de jasmin et de roses. Ceci afin de purifier la statue, le lait est le 1e élément et est un bon purificateur.

Agamas : Livres sacrés dans la religion Hindoue. Lois et règles qui doivent être appliquées dans le temple.

Akā Puja : Méditation ayant pour but de recevoir Dieu dans son coeur. (Ref pour information : St Mathieu 6-6)

Andi : Homme qui n'a aucune possession de par sa propre volonté pour mieux se rapprocher de Dieu.

C

Cart : Petit carosse conduit par un seul cheval.

Citra poornima : Jour de la pleine lune pendant le mois d'avril, annonçant la nouvelle année Tamoul

Chin Mudra : Par un signe de la main, on laisse de cōté trois mauvaises habitudes pour accéder à une relation profonde avec Dieu. Le pouce et l'index se touchent, ceci représentant Dieu et la personne, ils sont liés et n'ont pas besoin de la parole pour accéder à une unité. Quand on laisse ses mauvaises habitudes on devient lié a Dieu.

D

Danaam : La richesse.

Dasa Marga : Marga signifie le chemin et Dasa represente les quatres voies pour joindre Dieu:
- Par l'amitié, on a une relation amicale avec Dieu,
- Par l'attitude d'un humble servant,
- Par une attitude d'égal à égal avec Dieu,
- Par l'intermediaire d'un Gourou Sishya : Enseignement de la connaissance par le gourou et l'élève doit respecter ce qui est dit.

G

Gnanamurtham : Liquide sacré qui permet l'immortalité et ne pouvant être trouvé uniquement au paradis. (Gnan : divin, sacré)

Gourou : Maitre spirituel.

H

Hashram : Endroit où l'on apprend.

J

Jakta : voir Cart

L

Lord Bala Murugan : Représentation de Lord Murugan quand il est un enfant car l'on peut avoir plus de choses de la part d'un enfant que d'un adulte.

Lord Kumaramurgan : voir Lord Murugan

Lord Kumara Palani Andi : Représentation de Lord Murugan sans rien , quand il est comme un andi.

Lord Murugan : Dieu de la religion Hindoue

Lord Palani Murugan : Représentation de Lord Murugan avec tout ses atours dans le temple.

M

Maha Tejo Mandal Sabhai : Association de mots, composant une prière destinée à Lord Murugan uniquement.

Manasika : Qui vient du coeur.

Mantra : Prière.

Mayuravahana Sevara Vizha : Fête religieuse appelée jour de l'apparition des paons dans une lumière éblouissante (Animal étant associé à Lord Murugan)

Mutt : voir Hashram

P

Patanatar : Nom d'un Saint.

Puja : Prières.

R

Rishi : Nom donné a un Saint dans le langage courant.

S

Saive Siddhanta : Philosophie Saiva

Saivite : Personne qui vénère uniquement Lord Siva et personne d'autre.

Samadhi : Concept typiquement Indien et Hindou qui peut être difficile à comprendre pour qui n'est pas né dans ce pays. La personne sainte prend une position assise, garde une inspiration dans ses poumons et son estomac. Elle est ensuite recouverte de terre. A noter que la personne qui est enssevelie de la sorte n'est pas morte et n'est pas considérée comme telle. Ce genre de cas ne concerne qu'une personne sur 10 millions. Dieu sait exactement à qui il reserve ce genre d'aptitude.

Sannyasa : Partir sans garder aucune possession avec soi.

Sannyasi : Personne qui est partie sans rien.

Siva : Dieu de la religion Hindoue.

Siva le Para Brahmane : Siva l'Ultime.

Sudha Advaita Saivami : Philosophie Saiva, Dieu et la personne ne sont pas séparés et ne font qu'Un.

T

Tevaram : Saint livre qui doit être lu chaque jour par les jeunes et les plus vieux

Tiruppukazh : Equivalent de tevaram, Prière à effectuer chaque jour.

U

Upadesam : Enseigner pour amener une personne dans le monde spirituel. Le père enseigne à l'enfant, le gourou enseigne à son élève et Dieu enseigne à son disciple.

Upanishad : Texte sacré.

V

Vaithega : Chemin spirituel.

Vainavas : Secte regroupant des personnes qui vénèrent Vishnu.

Vedas : Texte sacré, base fondamentale à la religion Hindoue.

Vibhuti : Cendres sacrées que l'on applique sur le front.

Vijaya Dasami : Fête religieuse appelé Nava Rathri (Nava : neuf, Rathri : nuits). La dixième nuit est appelée Vijaya Dasami: on va offrir des offrandes à la déesse Saraswathi ( appelée ainsi dans le Sud de l'Inde et nommée Kali Puja dans la region de Calcutta)


Par
VN Soundararajan
Appavu Research Foundation

H-37, G-3 TNHB
Seashore Apartments
Tiruvalluvar Nagar
Tiruvanmiyur Chennai - 600 041 India
Tel: (091) 44 441-9069
E-mail: appavu@usa.net

  • Shanmuga Kavacam en Tamoul
  • Shanmuga Kavasam in roman transcription with English commentary.